ESADTPM : École Supérieure d’Art et de Design Toulon Provence Méditerranée

Par délibération de son Conseil d’Administration en juillet 2014, l’École Supérieure d’Art est devenue l’École Supérieure d’Art et de Design Toulon Provence Méditerranée (ESADTPM) mettant ainsi l’accent sur les deux axes de la formation supérieure artistique proposée par l’établissement.

Les beaux-arts de Toulon.

Ecole Supérieure d’Art et de Design Toulon Provence Méditerranée

Implantée dans le paysage toulonnais depuis 150 ans, l’Ecole Supérieure d’Art et de Design Toulon Provence Méditerranée (ESADTPM) est un Etablissement Public de Coopération Culturelle (EPCC) habilitée à délivrer des diplômes nationaux d’enseignement supérieur de niveau Bac +3 et Bac +5 en Art et Design. L’Etablissement Public de Coopération culturel a été fondé en 2010 par la Métropole TPM, le Département du Var et l’Etat pour poursuivre la vocation d’enseignement supérieur de l’Ecole Municipale des Beauxarts. Il est placé sous la double tutelle du Ministère de la Culture et de la Communication et du Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche. L’école forme les étudiants à trois diplômes, dont un valant grade de Master européen, en art et en design.

 

Les Toulonnais l’appellent encore «les Beaux-Arts», nom qu’elle a porté depuis sa création au milieu du XIXe siècle afin de former les ouvriers de l’arsenal de Toulon à la lecture de dessins industriels ainsi qu’aux disciplines artistiques. Installée près du Palais de Justice, l’école déménagea dans les années 1980 afin d’occuper une ancienne caserne militaire, un lieu qu’elle quittera pour la rentrée 2019-2020 afin que l’établissement prenne place dans ses nouveaux murs du quartier « de la création et de la créativité » en cœur de ville. L’architecte Corinne Vezzoni, signe ici son second projet dans le Var, après le bâtiment SupMéca à La Valette du-Var. 

Le nouveau bâtiment articule une tour abritant des plateaux modulaires par année d’étude, et un long socle de deux niveaux ou se déploient les ateliers techniques. Le bâtiment suis précisément la limite nord de l’ancienne muraille Vauban ainsi que sa hauteur et s’ouvre au sud sur le quartier de la connaissance et du numérique.   

La rentrée 2018-2019 est donc la dernière pour les étudiants dans ces lieux historiques où nombres de jeunes se sont formés, affirmés, ont défini leur style et construit leur avenir. Cette année, l’école reçoit 159 étudiants pour 30 enseignants. 

Un accompagnement professionnel

L’école est un lieu de rencontres avec des artistes, des designers, des théoriciens, qui s’appuie sur deux secteurs de développement du territoire : la mer et les technologies. 

La spécificité des formations en école supérieure d’art est d’être accompagné par des professionnels et des théoriciens, afin de construire en trois ou cinq ans son propre projet personnel, d’inventer son avenir, d’être polyvalent et en capacité d’adaptation à l’évolution de notre société.

Les étudiants peuvent ainsi être en confrontation avec leurs futurs environnements professionnels en les ouvrant a des carrières aussi diverses et variées que  toute activité artistique, le Design, le Design d’intérieur, la médiation culturelle, la communication visuelle, le graphisme, le maquettisme, l’illustration, l’infographie, la photographie, la vidéo, l’architecture d’intérieure, la décoration, la scénographie, l’agencement, l’enseignement, le multimédia (Web), la publicité, la sculpture, la peinture, le dessin, l’audiovisuel…

Enfin, les diplômés peuvent montrer leurs travaux à l’occasion de manifestations artistiques. Ils sont accompagnés post cursus par l’ecole qui leur propose une exposition collective ainsi qu’une exposition personnelle. L’école possède deux galeries situées en plein cœur du centre historique, « La Galerie de l’Ecole » et « l’annexe », ainsi qu’un partenariat avec la galerie « Le Phare », qui permettent aux jeunes diplômés en Art et en Design de monter leur première exposition personnelle et ainsi se confronter au regard du public. L’école bénéficiera aussi au sein de ses nouveaux locaux d’une galerie Show off exceptionnelle.

Une ouverture sur le monde de l’art

L’ESADTPM offre, grâce à de nombreux partenariats, une ouverture sur la création contemporaine comme : Le FRAC PACA, la Villa Noailles, la Villa Tamaris, Le Liberté et Châteauvallon scènes nationales, l’Hôtel des Arts et bien d’autres lieux culturels…

Autre singularité, celle d’inviter un artiste reconnu sur la scène internationale dans le cadre du programme «Un artiste, un professeur, un invité». 

Cet artiste intervient au sein des formations du 2e cycle et travaille sur des projets artistiques avec les étudiants. C’est l’artiste Fabrice Hyber qui était le premier invité en 2016-2017, clôturant son parcours pédagogique par un «C’Hyber Rallye», ouvert à tous les publics, véritable parcours artistique disséminé sur le territoire de la Métropole. En 2017-2018 c’est l’artiste Vittorio Santoro qui a travaillé avec les étudiants autour d’un projet collectif, prenant la forme d’un journal largement inspiré des publications artistiques et littéraires de la première moitié du XXe siècle et pour lequel les étudiants ont proposé des contributions en résonance avec leurs recherches. Pour les années 2019-2020 ce sont les artistes Anita Molinero et Moussa Sarr qui interviennent.

Au-delà de ces personnalités, l’école accueille également des artistes pour des workshops, des philosophes, des sémiologues, des historiens de l’art afin de compléter, sous forme de séminaires ou de conférences, notre offre pédagogique.

Parmi les étudiants passés par l’école citons, entre autre, Martin Lewden (1er Prix THEM’ART), Adrien Porcu (2eme prix du concours Brancusi, Paris), Floryan Varennes (Lauréat du Prix Elstir pour l’Art contemporain), Moussa Sarr, finaliste du Prix Meurice en 2017 et pensionnaire de la Villa Médicis à Rome ou Zagros Mehrkian Lauréat 2018 du Start point prize.

Une dimension internationale

Les étudiants de 2ème et 4ème année sont invités à effectuer un semestre « hors les murs ». Ils sont accompagnés dans l’élaboration d’un projet individuel de mobilité. 

Aussi, L’ESADTPM a obtenu en 2014, la charte ERASMUS, permettant notamment les mobilités des étudiants et des professeurs. Grâce au programme ERASMUS +, les étudiants et les enseignants peuvent percevoir une aide pour la durée de leur séjour dans un établissement conventionné. Cette démarche permet ainsi, d’élargir leurs horizons culturels et leurs connaissances. Un contrat pédagogique est alors mis en place entre l’étudiant(e), l’établissement d’origine et celui d’accueil. L’école est en lien avec une vingtaine établissements dans toute l’Europe et en Asie.

 L’école a été membre du comité international de la Biennale des Jeunes créateurs d’Europe et de la Méditerranée (BJCEM) pendant près de 10 ans, accompagnant plus d’une quarantaine de diplômés sur leur premières rencontres internationales.

Aujourd’hui, l’ecole est partenaire du « Start Point Prize ». Réservé uniquement aux diplômés des écoles d’art de l’Union européenne, le « Start Point Prize » leur permet de se confronter à un projet prestigieux de dimension internationale. Ils sont sélectionnés parmi les diplômés de 34 écoles supérieures d’art, dont certaines parmi les plus prestigieuses (Royal College of Art, Londres, Hochschule für Grafik und Buchkunst, Leipzig, Gerrit Rietveld Academy, Amsterdam, The Academy of Fine Arts, Helsinki, Kunstakademie Düsseldorf), dans 16 pays européens. Les artistes ainsi choisis par des experts européens ont l’occasion de rencontrer leurs confrères ainsi que nombre de professionnels, tout en bénéficiant d’une première visibilité internationale. C’est d’ailleurs un diplômé toulonnais, Zagros Mehrkian, qui a été le lauréat 2018.

Les ateliers des Beaux-arts

Historiquement, l’école a démarré son activité en 1869 par la création des ateliers des Beaux-Arts, destinés à favoriser l’accès d’un large public aux arts.

Aujourd’hui, l’ESADTPM est toujours un lieu de pratiques artistiques qui reçoit environ 250 personnes pour découvrir ou s’exercer à la photographie, la sculpture, le dessin, la peinture, la reliure, la gravure…. et bien d’autres domaines encore. Une offre ouverte à tous qu’elle souhaite étendre dès la rentrée 2019-2020 dans ses nouveaux locaux. 

L’ESADTPM se veut une école ancrée dans son histoire tout en se projetant vers son avenir en restant ouverte, actuelle, guidant et suivant ses étudiants afin qu’ils intègrent la scène artistique de demain. 

Son histoire et sa vocation feront l’objet d’un ouvrage à paraître en 2019. 

Un établissement public de coopération culturelle

Soutenue par la Métropole Toulon Provence Méditerranée, par le Conseil départemental du Var et par le Ministère de la Culture et de la Communication, l’école est devenue en janvier 2011 un Établissement Public de Coopération Culturelle (EPCC) sous le nom d’École Supérieure d’Art et de Design Toulon Provence Méditerranée (ESADTPM).

Cette mutation statutaire a permis de mettre en œuvre le cadre juridique de l’autonomie administrative et pédagogique nécessaire aux formations délivrant des diplômes d’enseignement supérieur.

Le statut d’EPCC a également permis la constitution d’un système de gouvernance sous la forme d’un Conseil d’Administration élu et parallèlement d’un Conseil Scientifique et Pédagogique où sont débattues les orientations du cursus, les questions relatives à la vie étudiante et les travaux de la plateforme de recherche de l’école.

Ce dispositif renforce l’harmonisation de l’établissement avec le réseau national des Écoles Supérieures d’Art délivrant des diplômes identiques, ouvrant à ses étudiants des possibilités accrues de transfert en cours de cursus vers d’autres écoles supérieures d’art ou d’autres établissements d’enseignement supérieur ainsi que l’accès à des mobilités de formation à l’étranger auprès des établissements internationaux partenaires de l’école.